Miribel-Jonage

Grand Parc de Miribel-Jonage
Site Herpéto-Ain majoritaire

-> Transmettre des données pour ce site (cliquez ici)
Oiseaux/Mammifères/Micromammifères/Amphibiens/Reptiles 


CADRE FONCIER

Le Grand Parc de Miribel-Jonage se situe à l’Est de Lyon, dans la Vallée du Rhône.

Il représente une surface de 2200 hectares dont un tiers se situe dans le département de l’Ain.
La répartitio foncière du site e partage entre 8 communes : Neyron (158ha), Miribel (528ha), Beynost (52ha), Thil (108ha) pour l’Ain et Jonage (258ha), Meyzieu (167ha), Décines (101ha), Vaulx-en-Velin (245ha).
Le reste de 2200 hectares appartient au privé (dans le cadre d’une déclaration d’utilité publique).

 

-> Voir les ACTEURS DU SITE


HISTORIQUE


A l’origine, la plaine alluviale de Miribel-Jonage était constituée d’une multitude de chenaux formant le fleuve Rhône.

En 1848, la construction d’un canal (canal de Miribel) visant à faciliter la navigation de bateaux de grand gabarit sur le fleuve est le premier événement à modifier le système hydraulique et le paysage.
En 1899, le canal de Jonage voit le jour dans un but d’alimentation en hydroélectricité.
Avec la création de ces 2 canaux, les anciens bras du fleuve s’assèchent progressivement et il apparaît ainsi une île à la nature préservée, coupée de l’urbanisation.
En 1962, l’idée émerge de transformer le site en zone stratégique (extraction de granulats, captage des eaux et loisirs) par la création de lacs artificiels.
Un premier projet d’aménagement de « zone urbaine de loisirs » voit le jour en 1965.
En 1968, le Syndicat Mixte pour l’Aménagement de la Zone de Loisirs de Miribel-Jonage (Symalim) voit le jour pour mener à bien ce projet.
En 1979, la Segapal (syndicat d’économie mixte) est créé pour gérer ce territoire.
En 1983, l’infrastructure routière marque elle aussi le territoire avec la création de l’A42.
En 1991, le site est classé « zone inaltérable ».
En 2003, tous les travaux d’aménagements sont terminées (infrastructure routière, création de lacs…). Il ne reste que deux aménagements sur le site de « La droite » et de « La forestière ».

 
PRESENTATION FAUNISTIQUE ET FLORISTIQUE

Le Grand Parc de Miribel-Jonage est un site naturel relativement bien suivi au niveau de l’avifaune et dans le cadre de nombreuses études d’impact ou documents d’objectifs (Natura 2000).
Ainsi, on connaît sur le site 12 espèces inscrites à l’annexe 2 de la directive habitat (Document d’objectifs) parmi lesquelles on retrouve 6 poissons (chabot, lamproie de Planer, apron, toxostome, bouvière, blageon), 3 mammifères (castor, murin à oreilles échancrées, grand rhinolophe) et 3 insectes (agrion de mercure, cuivré des marais, lucane cerf-volant).
Certaines espèces inscrites à l’annexe 2 de la directive habitat pourraient être présentes (loutre, écaille chinée, laineuse du Prunelier, Grand capricorne) ou réapparaître dans le futur (fluteau nageant, alose feinte du Rhône).

 

PRESENTATION FAUNISTIQUE ET FLORISTIQUE

Inventaires des mares 

            L’inventaire des mares de Miribel-Jonage a démontré une faible diversité d’espèce par rapport à l’étendue du territoire.

Cela peut en partie s’expliquer par la sécheresse ayant sévie cette année asséchant de ce fait un grande partie des points d’eau.

En effet, on note 1 espèce d’urodèle présente de manière naturelle (triton palmé) et 7 espèces d’anoures (crapaud calamite, crapaud commun, grenouille agile, grenouille verte, grenouille rieuse, grenouille de Lessona, grenouille de Perez).

La rainette verte, soupçonnée au niveau de « l’étang des Libellules » n’a pas été détectée.

A noter que le triton alpestre et la grenouille de Perez ont été observés sur le site de la « ferme des Allivoz » mais ils ne sont pas présents de manière naturelle car ils ont été importés et ne semblent s’être établis que sur le site où l’importation a été faite.

Cependant, il est envisageable que ces espèces s’exportent.

Cet inventaire a été réalisé grâces aux méthodes d’écoute et prospection nocturne, de pêche des mares et des nasses à poisson (une nasse posée sur la « mare du Rizan »).

Inventaire batrachologique général

            L’inventaire batrachologique général (écoutes et prospections nocturne) n’a rien ajouté aux connaissances acquises lors de l’inventaire des mares en dehors de la découverte de sites de ponte importants (crapaud calamite) et seul le crapaud calamite, le crapaud commun, la grenouille rieuse et la grenouille agile ont été détectés.

Inventaire des zones de captages

            Le site de Miribel-Jonage possède deux zones de captage de eaux mais une seule a été inventoriée (la Garenne).

Lors de cet inventaire, aucun amphibien n’a pu être détecté (la zone ne possédant pas de zone humide).
En revanche, on note 4 espèce de reptiles détectés à vue et grâce à 6 plaques de caoutchouc (couleuvre verte et jaune, couleuvre d’esculape, lézard des murailles, lézard vert occidental).

La couleuvre vipérine y a déjà été observée quelques années plus tôt (LPO Rhône) mais n’a pas été recontactée lors des inventaires.

Inventaire herpétologique général

            L’inventaire herpétologique général sur le site de Miribel-Jonage a été rendu possible grâce à trois méthodes : la prospection à vue, l’observation des solariums et le relevé des plaques.

En effet, le site de « la forestière » dispose de 5 plaques de caoutchouc et le site de la « prairie du fer à cheval » dispose de 2 plaques de taule ondulée.

On note 10  espèces de reptiles sur le site (lézard des murailles, lézard vert occidental, couleuvre à collier, couleuvre vipérine, couleuvre verte et jaune, couleuvre d’esculape, vipère aspic, trachémyde à tempes rouges, émyde lépreuse, cistude d’Europe).

Les plaques de caoutchouc présentes à « la forestière » (relevées à chaque passe, soit 22 fois) n’ont permis de ne détecter que le lézard des murailles (cela est sans doute le résultat d’un placement trop tardif sur le site).

En revanche, les plaques de taule ondulée présentes sur la « prairie du fer à cheval » (relevées à 8 reprises) ont permis de détecter le lézard des murailles, le lézard vert occidental et la couleuvre verte et jaune.

A noter que l’émyde lépreuse n’est pas présente de manière naturelle car elle a été importée et ne semble s’être établie que sur le site où l’implantation a été faite (bien qu’un individu ait été observé au niveau du « lac de la Droite »).

 

Bufo spinosus
Epidalea calamita
Ichtyosaura alpestris
(Présence non naturelle)
Lissotriton helveticus
Pelophylax kl. esculentus
Pelophylax lessonae
Pelophylax perezi
(Présence non naturelle)
Pelophylax ridibunda
Rana dalmatina

Anguis fragilis (Donnée de seconde main)
Emys orbicularis
Hierophis viridiflavus

Lacerta bilineata
Mauremys leprosa
(Présence non naturelle)
Natrix natrix helvetica
Natrix maura
Podarcis muralis
Trachemys scripta elegans
(Présence non naturelle)
Vipera aspis aspis
Zamenis longissimus

 

Crapaud calamite Vipère aspic Couleuvre verte et jaune
Cliquez sur les images pour Agrandir

 

Contributions:

BELIARD Jean-Michel
CHABANON Marianne
D'ADAMO Christophe

DUBOIS Fabien
FAVRE Lisa

JOUBERT Pierre
LASSON Charlotte
LAY Alexandre
MEROT Alexandre

PALABOST Loïc
RIBATTO Edouard

ROUX Alexandre
SENHADJI Hamid
SURMONT Hélène

TAILLADES Thierry
TRIBOULET Franck

VASSEUR Yann
VILLE Alexandre


Bibliographie
:

Centre Ornithologique Rhône-Alpes (2002) – Reptiles et Amphibiens de Rhône-Alpes. Atlas préliminaire. 146p

CORA (2008) – Liste des vertébrés terrestres de la région Rhône-Alpes. 283p

CORA Faune Sauvage www.coraregion.free.fr

CREN (2004) – La cistude d’Europe. Guide technique. 108p

CREN (2008) – Îles de Crépieux-Charmy. Plan de Gestion. 52p

Direction régionale de l’environnement, Rhône-Alpes (2007) – Bassin de Miribel-Jonage. ZNIEFF de type I. 7p

Ecosphère/DDAF (2009) – Site Natura 2000 de Miribel-Jonage. Document d’objectifs. 260p

Grand Parc (2010) – Et si on mangeait dehors ? (2ème édition). Document de presse.12p

Grand Parc Miribel-Jonagewww.grand-parc.fr

Martinet Didier (2009) – La Segapal, 30 ans au service du Grand Parc de Miribel-Jonage. 157p

Meyer M, Joly T, Martin X, Walch J, Brudon N (2009) – Propositions de gestion de la zone humide du Rizan sur le Grand Parc de Miribel-Jonage. Rapport de stage. 22p

Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la mer (2011) – Plan national d’action en faveur de la Cistude d’Europe. 125p

NATURA 2000 – natura2000.ecologie.gouv.fr

Naturama (2004) – Année 2004. 5p

Penard Cindy (2005) – Le marais du Rizan : Propositions de gestion. Rapport de stage. 46p

SEGAPAL (1996) – Le marais du Rizan, Etude environnementale et propositions de gestion. 63p

Servan J., Arvy C. (1997) – Introduction de la Tortue de Floride (Trachemys scripta) en France. Un nouveau compétiteur pour les espèces de tortues d’eau douce européennes. 5p

SHF (2010) – Protocole de suivi amphibiens. 4p

Société Herpétologique de France (2009) – La lettre du groupe Cistude n°4. 29p

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site